Site de Recherche Intégrée sur le Cancer
Rechercher

Focus sur la rechute

11/01/2024
Partager
Malgré des progrès considérables dans le traitement du cancer au cours des dernières décennies, la rechute constitue toujours un défi majeur dans la prise en charge du cancer.
Recherche à l'Institut Curie

Qu’elle soit locale ou à distance du site initial, la réapparition de la maladie est associée à un traitement inefficace, à une dissémination précoce et/ou à des phénomènes de résistance aux thérapies. Mieux comprendre les mécanismes sous-jacents, mieux anticiper ce phénomène et le prévenir, être capable de le détecter plus tôt et de le traiter plus efficacement demeurent des objectifs essentiels pour améliorer la prise en charge des patients et éradiquer de façon définitive la maladie.

Pour cela nous développons 3 programmes de recherche intégrés en abordant la question de la récidive à 3 niveaux :

  1. Cellulaire en étudiant les mécanismes intrinsèques des récidives  

Programme coordonné par Céline Vallot et Yves Allory

  1. Tissulaire en s’attaquant aux mécanismes extrinsèques des récidives 

Programme coordonné par Hélène Salmon et Manuel Rodrigues

  1. Organisme entier: avec une attention particulière à la détection et traitement des récidives Programme coordonné par Elisabetta Marangoni et François-Clément Bidard

Sachant que les aspects génétiques de la rechute ont été le point focal de la recherche de ces dernières années, nous avons souhaité centrer notre 1er programme sur les déterminants non génétiques de la rechute. Pour cela nous étudions l’épigénome et le transcriptome, mais aussi la transcription en ciblant les mécanismes d’épissage alternatif et les modifications de l’ARN, la traduction ou le métabolisme cellulaire. Le programme 2 vise à comprendre le dialogue entre la tumeur et son microenvironnement.

Nous caractérisons les microenvironnements tumoraux pour des pathologies difficiles à traiter ou jusque là peu étudiées. Nous étudions le dialogue cellulaire et moléculaire au sein de ces niches ainsi que leur dynamique en réponse au traitement afin d’identifier de nouveaux biomarqueurs et de nouvelles cibles thérapeutiques. Ces deux 1ers programmes sont intimement liés, du fait de l’interconnexion entre les cellules cancéreuses et leur microenvironnement. Ils partagent les même technologies (cellules uniques ou spatiales) et utilisent des algorithmes d’analyse communs. La connexion avec le programme 3 repose principalement sur le développement de modèles précliniques pertinents mais aussi sur l’implémentation de biomarqueurs dans des échantillons tumoraux et la validation de nouvelles approches d’immunothérapies basées sur la découverte de néo épitopes spécifiques de cancers.

Ces 3 programmes sont portés par une équipe multidisciplinaire de cliniciens et de chercheurs. Tous participent au continuum soin-recherche si cher à Marie Curie. Leur expertise qui s’étend des aspects les plus fondamentaux (biologie mais aussi mathématique, physique, chimie …) aux plus appliqués (recherche clinique, qualité de vie, intelligence artificielle …) constitue la richesse de notre SIRIC. L’implication de représentants de patients du SIRIC au cœur même de cette équipe nous permet de nous positionner au plus près des besoins des patients et de leurs proches.

Ce projet est en adéquation avec la stratégie de lutte contre le cancer portée par l’Institut National du Cancer (INCa) pour 2021-2030. Les impacts attendus concernent notamment l’amélioration de la prévention de la rechute, une meilleure prise en compte du pronostique des tumeurs, de nouvelles approches thérapeutiques, une diminution des séquelles liées aux traitements et des progrès en termes de qualité de vie.