Site de Recherche Intégrée sur le Cancer
Rechercher

Mélanome uvéal

Equipe SIRIC
03/08/2018
Partager
Le mélanome de l'uvée est le cancer de l’œil le plus fréquent chez l’adulte. La tumeur initiale, dite primaire, peut être traitée efficacement par protonthérapie ou curiethérapie ou éliminée par ablation chirurgicale (énucléation). Cependant, le pronostic de ce cancer reste grave car environ 50% des patients développent des tumeurs secondaires ou des métastases. Ces dernières apparaissent le plus souvent dans le foie et sont particulièrement réfractaires aux traitements.
Echographie de l'oeil à l'Institut Curie - mélanome uvéal
Pedro Lombardi / Institut Curie

Une maladie différente du mélanome cutané

Le mélanome uvéal touche les mélanocytes, cellules chargées de produire la mélanine qui est le pigment protecteur vis-à-vis des rayonnements solaires. Ces cellules sont localisées dans l’œil au niveau de l’uvée en particulier au niveau de la choroïde mais on les retrouve également au niveau de la peau et des muqueuses.

Si les mélanomes cutanés et uvéaux atteignent la même famille de cellules, ils constituent toutefois des maladies totalement différentes, de par leur biologie, leur prise en charge thérapeutique et de par leur pronostic.

Anatomie de l'oeil

La prise en charge clinique

Le traitement local par curiethérapie, protonthérapie ou chirurgie est généralement réussi. Le développement de la radiothérapie a progressivement permis d’éviter l'énucléation pour toutes les tumeurs à l'exception des plus grosses. Malgré ces progrès, les complications post-irradiation peuvent entraîner un décollement massif de la rétine et la formation d’un glaucome néovasculaire. Ce syndrome oculaire toxique peut être contrôlé par une endorésection de la cicatrice tumorale si le diamètre est inférieur à 16 mm. Les tumeurs situées dans le quadrant temporal supérieur peuvent entraîner une sécheresse oculaire grave. Ces tumeurs doivent être traitées si possible par curiethérapie. Les tumeurs, quelque soit leur taille, situées à moins de 4 mm de la macula ou du disque optique entraînent une perte importante de la vue. De nouvelles stratégies thérapeutiques sont donc nécessaires pour minimiser les effets secondaires du rayonnement tout en garantissant un contrôle local optimal de la tumeur.

Les pistes thérapeutiques actuelles en monothérapies (chimiothérapies ou thérapies ciblées) ne montrent pas ou très peu de résultats dans les essais cliniques. Il est nécessaire d'identifier de nouvelles stratégies thérapeutiques.

Notre programme de recherche 

Marc-Henri Stern et Sophie Piperno-Neumann

Coordonnateurs: Sophie Piperno-Neumann et Marc Henri Stern

4 projets de recherche sont développés. Ils sont focalisés sur l'exploitation du système immunitaire, la mise en place de nouvelles modalités d'irradiation ou encore sur des approches thérapeutiques ciblées et/ou combinatoires :