Site de Recherche Intégrée sur le Cancer
Rechercher
Actualité - Publications

Signature épigénétique associée à la résistance aux traitements dans le cancer du sein

Equipe SIRIC
11/07/2019
Partager
Collaboration entre les équipes d’A Griffith à l’ESPCI, de C Vallot au SIRIC de l’Institut Curie et d’A Gérard au sein de la compagnie HIFIBIO
Nature Genetics logo

Le séquençage haut débit à grande profondeur et l’analyse de gros volumes de cellules au niveau individuel ont permis de démontrer que l’hétérogénéité génétique au sein de la tumeur pouvait être à l’origine de résistance aux traitements (voir notamment Bellini et al Clin Cancer Res. 2015).

Céline Vallot s’est demandé si l’hétérogénéité épigénétique pouvait également être associée à des phénomènes de résistance aux traitement. Pour répondre à cette question, son équipe étudie l’état de la chromatine avant et après traitement

La chromatine est une structure composée d’ADN, d’ARN et de protéines appelées histones qui influencent l’expression des gènes. En fonction de stimuli extérieurs, cette structure peut subir des modifications chimiques qui affectent son comportement. Des gènes initialement exprimés ne le sont plus et inversement. Analyser ces phénomènes au niveau de chaque cellule, sur des populations importantes de cellules au sein de la masse tumorale tout au long du traitement pourrait permettre de comprendre des phénomènes de résistances aux traitement demeurés inexpliqués.

En utilisant des modèles tumoraux ayant acquis une résistance à la chimiothérapie et à la thérapie ciblée dans le cancer du sein, l’équipe a identifié un sous-ensemble de cellules tumorales non traitées qui partage une signature chromatinienne commune avec des cellules résistantes. Ces cellules ont perdu les marques de chromatine H3K27me3 qui sont généralement associées à la répression transcriptionnelle stable de gènes connus pour favoriser la résistance au traitement

Il semble donc que ces cellules possèdent déjà, avant traitement, des caractéristiques habituellement spécifiques de cellules résistantes au traitement.

scChIP-seq: une nouvelle approche de séquençage haut débit 

La découverte de l’équipe de Céline Vallot pose sur une collaboration avec l’équipe de Andrew Griffiths à l’ESPCI et Annabelle Gérard de la compagnie HiFiBio. Les 3 équipes se sont associées pour développer une technique d'analyse de cellules uniques reposant sur la microfluidique en gouttes. L'identification de la signature chromatinienne n'aurait pas été possible par des approches classiques de séquençage en masse. 

Au global, ces résultats ouvrent la voie à l'étude du rôle de l'hétérogénéité de la chromatine, non seulement dans le cancer, mais également dans d'autres maladies, notamment lors de la différenciation et du développement cellulaire.

En savoir plus sur la microfluidique en goutte et l'étude épigénétique en cellule unique

Porteur de projet
default_medecin
CELINE VALLOT
Chef d'équipe de recherche
Développement, cancer, génétique et épigénétique
Paris

Collaborations

L’utilisation des PDX dans le cadre de cette publication est issue d’une collaboration avec Elisabetta Marangoni du Laboratoire d’Investigation Préclinique à l’Institut Curie.

Programme lié
Examen sein
Cancers du sein

Le cancer du sein est la tumeur maligne la plus fréquente chez les femmes avec environ 50 000 nouveaux cas…