Site de Recherche Intégrée sur le Cancer
Rechercher
Actualité - Annonces

Recherche sur des prélèvements de tumeurs, le rôle d’Andreia Goncalves - Portrait

Equipe SIRIC
12/05/2022
Partager
Le SIRIC Curie a permis de mettre en place des postes clefs comme celui d’Andreia Goncalves, ingénieure en biologie au Pôle de Médecine Diagnostique et Théranostique de l’Institut Curie. Arrivée en juin 2021, ses missions bénéficient à des dizaines d’équipes au sein de l’Institut Curie et au-delà.
Andreia Goncalves

Andreia Goncalves est ingénieure en biologie SIRIC et plus précisément ingénieure en anatomie-cytologie-pathologie. Son poste a été créé au cours de la deuxième labellisation SIRIC en juin 2021 en continuité de celui de Charlotte Martinat, au Pôle de Médecine Diagnostique et Théranostique de l’Institut Curie.

Au quotidien Andreia a deux rôles principaux : faciliter l’accès aux prélèvements frais[1] et coordonner des projets de recherche impliquant le Pôle de Médecine Diagnostique et Théranostique.

Pour faciliter le recueil des échantillons frais, chaque jour, lorsqu’un échantillon arrive en salle de réception, la ou le pathologiste[2] va disséquer l’échantillon, faire une description macroscopique et établir un diagnostic. Dès lors, si l’échantillon est assez volumineux, plusieurs prélèvements vont être fait systématiquement pour la recherche. C’est ici qu’intervient Andreia. Elle est l’interlocutrice principale pour cibler certaines pièces chirurgicales et pour effectuer des prélèvements spécifiques pour un projet de recherche. Pour illustrer Andreia nous donne un exemple :

Dans une pièce [chirurgicale] de sarcome, il existe souvent plusieurs tissus, différenciés ou non, l’équipe de recherche me précise à chaque fois de quel type de tissu elle a besoin. La pathologiste est capable de reconnaître ces tissus et va donc pouvoir sélectionner celui qui est souhaité.

Andreia va donc demander des prélèvements précis et les envoyer aux personnes s’occupant des circuits de distribution interne à Curie ou l’adressera directement aux équipes concernées.

Andreia est contactée tous les jours pour ce type de prélèvement spécifique demandé par les chercheur·e·s. De fait, au minimum deux à trois fois par jour, elle sera en salle de réception en présence d’une pathologiste et d’un technicien pour identifier des échantillons pour la recherche, les collecter et les envoyer aux équipes de recherche concernées.

De plus, Andreia passe en revue tout le planning des blocs opératoires afin de présélectionner les futurs prélèvements pour la recherche puis s’assure de leur traçabilité.

Je vérifie la présence des consentements pour chacune des pièces chirurgicales prélevées et destinées à la recherche, je trace tout.

Le jour de l’opération et même après, Andreia s’assure que le consentement des personnes soignées a bien été donné.

Pour la partie coordination et gestion de projet en pathologie, certaines fois, l’équipe de recherche propose une liste de prélèvements déjà établie, d’autres fois c’est à elle d’établir la liste en fonction des critères demandés par l’équipe.

Je suis l’interlocutrice principale de beaucoup d’équipes pour leur projet de recherche. Seulement au sein de Curie, cela représente une dizaine d’équipes. Aujourd’hui, j’ai 16 projets en cours certains avec peu d’échantillons demandés - une quinzaine - jusqu’à des projets de plus grande envergure avec plus de 800 échantillons par exemple.

Au sein de l’Institut Curie, le projet de recherche doit être soumis à validation par différentes instances et si les porteurs de projets sont extérieurs à l’Institut Curie : « c’est à moi de présenter le projet pour qu’il soit validé »

« Une fois le projet validé je désarchive et centralise les lames et les blocs sélectionnés pour l’étude. J’accompagne la ou le pathologiste dédiée à cette étude pour sélectionner la pièce le plus représentative de la pathologie qui sera la référence. » Si besoin, elle assure aussi l’envoi et la réception de matériel d’équipes extérieures à l’Institut Curie, en France voire à l’étranger.

Différentes techniques pourront être réalisées sur ces blocs et ces lames aussi par Andreia sur les échantillons : des coupes, des marquages immuno-histochimiques, de la FISH[3] ou bien des TMA (tissue micro-array[4]).

Pour illustrer un exemple de technique, les TMA sont des blocs dans lesquels des trous de 1 à 2 mm vont être fait, qui accueilleront des morceaux de tumeurs, ce qui permet d’obtenir sur une seule et même lame plus d’une quarantaine de tumeurs différentes de patientes et patients. Cela permet notamment d’appliquer des techniques de marquages sur une multitude d’échantillons en une seule fois. Cette technique Andreia l’a apprise à son arrivée dans l’équipe.

 Lorsqu’un projet de recherche implique le Pôle de Médecine Diagnostique et Théranostique de l’Institut Curie, Andreia Goncalves intervient

à toutes les étapes ou presque, que ce soit la mise place du projet, l’établissement des contrats, la vérification des consentements, la validation des projets au sein de Curie, l’évaluation de la faisabilité, l’identification des tissus, les techniques réalisées sur des prélèvements...

 

[1] Prélèvements/échantillons frais = prélèvements de tissus, organes humains provenant des blocs opératoires de l’Institut Curie

[2]  Médecin spécialiste qui examine au microscope des cellules et des tissus prélevés sur un·e patient·e. Son rôle est déterminant pour le diagnostic et l'orientation du choix des traitements lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire. Il ou elle est aussi dénommé·e anatomocytopathologiste ou anatomopathologiste. https://www.e-cancer.fr/Dictionnaire/P/pathologiste

[3] FISH = Hybridation in situ en fluorescence. Il s’agit d’une technique servant à analyser des coupes en microscopie et en imagerie moléculaire

[4] Tissue Micro-Array = puces tissulaires

en savoir plus
Puzzle
Actions structurantes

Les SIRICs jouent un rôle structurant pour développer le continuum soin recherche au sein de leur structure. Le…